Magic Keys SysRQ – Les “commandes cachées” sous Linux

Keyboard keys linux

Il existe sous Linux quelques commandes cachées, qu’on ne soupçonne parfois pas du tout.
Ainsi, il peut arriver qu’un système Unix, que se soit un serveur ou une station de travail, se mette à planter subitement, à cause d’une erreur système, d’un paquet mal installé, d’un kernel panic ou autre.

La combinaison de touches s’appelle communément en Français “Les touches magiques“. Cette combinaison est comprise par le kernel de votre distribution Linux, quel que soit l’état de votre système.
De plus, l’avantage majeur de ces touches magiques réside dans le fait que votre système de fichiers ne sera ni altéré ni corrompu par ce “hard reboot” !

Cette combinaison a aussi l’avantage d’être exploitée “bas niveau” dans le système, c’est à dire que la combinaison sera prioritaire en exécution par rapport aux logiciels & services qui fonctionnent au même moment. Un technique qui peut s'avérer efficace pour se prémunir d'un piratage informatique car les virus sont de plus en plus nombreux à cibler le système d'exploitation Linux !

Avant toute combinaison, il faut savoir si les Magic Keys SysRQ sont activées sur votre kernel et votre distribution. La commande suivante vous donnera des informations quant à votre propre machine :

Dans le cas contraire, votre kernel n’est pas adapté, et vous devrez donc changer de kernel ou recompiler celui que vous avez.

Quelques infos complémentaires à savoir…

La combinaison de touches à effectuer de base pour appeler cette fonctionnalité est la suivante :

Touche « ALT » + Touche « Impr. Ecran »

A partir de ce moment, le système (surtout le noyau – kernel) comprend qu’il y aura une combinaison spécifique “bas niveau” pour effectuer des opérations sur le système.

La combinaison de touches à effectuer

Pour rebooter votre système proprement, il faut alors exécuter cette combinaison (toutes les touches à la suite) :

Touche « ALT » + Touche « Impr. Ecran »
En gardant la touche « ALT » enfoncée, appuyez successivement sur <strong>R S E I U B</strong> (Voir plus haut pour un détail des lettres)

Dans la photo ci-dessus, nous n’avons pas encore appuyé sur la touche “R” pour redémarrer. Toutefois, nous avons maintenant la main sur le système, avec la possibilité d’écrire des commandes (reboot, halt, nano…) et de pouvoir se débloquer selon le cas.

Les raccourcis de touches à savoir

Un tableau récapitulatif des touches à savoir et à saisir selon vos besoins :

Combinaison de touches

Description de la combinaison

Référence (lettre / action )

Alt + Impr. Ecran + bRedémarre entièrement l’ordinateurreBoot
Alt + Impr. Ecran + cRedémarre via “kexec” pour faire un crashdump et avoir des logs quant aux erreurs systèmeCrashdump
Alt + Impr. Ecran + eEnvoie un signal d’arrêt (SIGTERM) à tous les processus, sauf “init”tErm
Alt + Impr. Ecran + fTue le processus qui consomme le plus de mémoire (via oom-killer)
Alt + Impr. Ecran + iEnvoie un signal de fin (SIGKILL, plus “puissant” que SIGTERM) à tous les processus, sauf “init”kIll
Alt + Impr. Ecran + kTue tous les processus de la console virtuelle couranteKey
Alt + Impr. Ecran + l
(lettre “L” en minuscule)
Envoie un signal de fin (SIGKILL, plus ferme que SIGTERM) à tous les processus, sans exceptionskilL
Alt + Impr. Ecran + mAffiche le contenu actuel de la mémoireMemory
Alt + Impr. Ecran + oÉteint le systèmeOut
Alt + Impr. Ecran + rBascule la gestion du clavier en mode brutRaw
Alt + Impr. Ecran + sEcriture de toutes les données non sauvegardées en mémoire sur le disque.Sync
Alt + Impr. Ecran + tAffiche une liste des tâches actuellement en cours avec leur descriptionTask
Alt + Impr. Ecran + uTente de remonter tous les systèmes de fichiers montés en lecture seule et éviter une vérification du système de fichiers au redémarrage.Umount
m4s0n501