Attaque DDoS : qu’est-ce que c’est et comment y survivre ?

Une attaque DDoS, ou par déni de service, vise à saturer votre serveur et handicaper vos opérations. Voici tout ce que vous devez savoir à propos pour mieux vous parer.

Attaque DDos, qu’est-ce que c’est et comment y survivre

Digitaliser ses activités physiques est l’une des solutions optimales pour accroître, rentabiliser ses investissements et gagner de nouveaux clients. Toutefois, cette stratégie expose les propriétaires de site web à des piratages informatiques comme les attaques DDoS. Pour anticiper ou pour faire face convenablement à cette menace numérique, découvrez les dispositions essentielles à prendre.

DDoS, une arme de cybersécurité redoutable

Le DDoS est un terme couramment utilisé pour désigner une attaque par déni de service distribué sur internet. Il s’agit d’une version du DoS, une forme d’attaque qui brouille les opérations commerciales de la cible en ligne. Cette technique redoutable employée par les pirates informatiques pour ajouter des milliers de requêtes à un site pendant quelques minutes.

DDoS, une arme de cybersécurité redoutable

Les motivations peuvent être diverses : la politique, la concurrence, l’accroissement du profit, la religion, etc. Le but d’une attaque est de rendre instable le trafic sur un serveur, un réseau ciblé ou un service spécifique. Au-delà, elle permet de mettre hors service des services cloud ainsi que l’ensemble des infrastructures d’un réseau. Un DDoS est généralement élaboré à partir d’un ordinateur et des ressources tiers situés tels les appareils IdO.

Les types d’attaques DDoS

Pour leur manœuvre, les pirates utilisent une forme d’attaque DDoS spécifique. Dans le même temps, ils peuvent mener une attaque d’envergure en combinant deux ou plusieurs types de DDoS. Il urge donc de connaître ces différentes spécificités avant d’envisager de prendre des mesures de précautions.

Les attaques basées sur le volume

Les DDoS basés sur le volume sont planifiés dans le but de saturer la bande passante d’un site internet donné. Dans certains cas, elles affectent aussi les serveurs ou les équipements réseau en les submergeant de fausses données. Un cas d’exemple palpable est l’utilisation des failles d’un processus de fragmentation du datagramme.

Les attaques DDoS basées sur le volume peuvent être des attaques par protocole UDP, IMCP ou autres.

VOIR AUSSI : Pourquoi demander l’aide d’un spécialiste de la maintenance WordPress ?

Les attaques DDoS par protocole

Les attaques par protocole ciblent spécifiquement les ressources du réseau. Elles remplissent les équilibreurs de charge, les serveurs ou les pare-feux en envoyant une demande qui ne sera jamais traitée. Dans le contexte présent, il peut s’agir d’une attaque par protocoles TCP, UDP ou SYN pour submerger les connexions. Pour ce dernier en particulier, le pirate exploite les faiblesses des séquences de connexion TCP (connexion à trois temps).

Les attaques DDoS d’application

Les attaques d’applications sont les types de DDoS les plus redoutables dans la mesure où elles mêlent trafic malveillant et trafic légitime. Elles sont élaborées en effet à partir des failles d’une application ou d’un logiciel, ce qui les rend difficilement détectables. En effet, elles sont lentes et se manifestent comme des demandes légitimes, jusqu’à ce que l’utilisateur constate les dégâts. Ces types d’attaques englobent notamment les attaques en saturation HTTP et HTTPS.

Quelles dispositions prendre en cas d’attaques DDoS ?

En cas d’attaques DDoS, pensez avant tout à éteindre les ordinateurs et débrancher les câbles réseau et votre routeur ou votre modem. Patientez alors une dizaine de minutes puis rebranchez les différents équipements et rallumez les ordinateurs. Si le problème persiste, sollicitez l’assistance de votre fournisseur d’accès à internet pour régler le bug. Celui-ci vous aidera en effet à réinitialiser votre IP ou pour obtenir une nouvelle adresse.

Quelles dispositions prendre en cas d’attaques DDoS ?

Néanmoins, il faut préciser que les attaques DDoS ne sont pas éternelles puisqu’elles expirent au bout de quelques jours généralement. Une fois terminé, il est  recommandé de renforcer votre système de sécurité. Pour cause, rien ne garantit que vous serez épargnés des prochaines attaques que mèneront les pirates. À cet effet, vous pouvez cacher votre adresse IP et passer à un serveur distant grâce à une solution VPN. Il faut également sécuriser ses dispositifs IoT pour réduire le nombre d’appareils pouvant éventuellement subir une attaque DDoS.

Noter cet article